NAMIBIE 99 : vous reprendrez bien du désert ?

Page 5

Sommaire ] [ Page précédente ] [ Page suivante ]

Dimanche 8 août

PLOUF !
-"You're sure it's deep enough?"
-"Of course, trust me!"
Nous quittons toutou et phaco (se refusant à dormir loin de Christophe, notre ami à poils de brosse à dents a carrément creusé une tranchée sous sa tente pendant la nuit)... Première étape de la journée : une mine abandonnée au milieu des cailloux où un bassin d'eau à forte minéralité (traduction : d'eau pleine de sel) attend les plus courageux d'entre nous.

L'eau est à 17 ou 18°C. Une avancée rocheuse permet à André de nous montrer ses talents de plongeur, non sans avoir fait passer Christophe avant lui (on apprendra plus tard qu'il n'avait jamais plongé ici avant, en fait !). Le sol est jonché de minéraux magnifiques de toutes sortes, qui luisent au soleil.

Mine isoléeMinéraux
Comment avoir bonne mine...Et c'est comme ça partout !

Nous continuons notre route de cailloux et traversons des plaines dignes de Monument Valley (sans les indiens). Les rares végétaux sont soit de petits buissons d'épineux blanchâtres, soit les famuses "Welwitschia Mirabilis", plantes bel et bien vivantes, malgré leurs airs déconfits de (gros) géraniums oubliés pendant les grandes vacances. Ces plantes vivent des centaines et des centaines d'années, formant un bizarre enchevêtrement de feuilles vertes. Magnifique, étrange et...rarissime (sauf ici, où il y en a tous les dix mètres).


Welwitschia Mirabilis
Welwitschia Mirabilis : une plante tourmentée
dans un décor tourmentant

Nous sommes pour le moins secoués (au sens propre, bien sûr !)...au point qu'on se demande si André ne coupe pas à travers ch...euh...désert. En tous cas, si on est sur une piste, elle est moins large que le camion : j'ai eu le malheur de laisser trainer mon bras dehors,ce qui a entraîné un "rapprochement avec la nature" un peu spécial. J'ai échangé un peu de sang avec un acacia et mon t-shirt a gagné 3 point d'aération supplémentaires. "E pericoloso sporgersi", comme on dit ailleurs...
On s'arrête pour le lunch au milieu de pas grand-chose (pour changer !). Un petit jus de goyave pour se remettre de toutes ces émotions avant la salade laitue/thon/tomates avec les tranches de "polony". Ca devient la routine.

A peine repartis, André rentre dans un arbre. Plusieurs fois. En fait, le meilleur moyen de couper du bois semble être de l'attaquer à la pelleteuse. Ou, dans ce cas, au camion. On balance tout ça sur le toit et on repart. Efficace comme méthode ! (bon, on a un peu plié la calande, mais bon...)

On décharge !
On décharge :
Attention, chute de chaises !!!

 
Encore quelques kilomètres puis nous nous arrêtons (tous en choeur "au milieu de nulle part !!!" Merci.) L'endroit resssemble à Bloedkoppie, en moins joli toutefois. Il est 15h, et si nous escaladions la montagne ? Bonne idée ! (de toute façon, il n'y a guère autre chose à faire). A peine 100m de grimpette et on redescend.
Il est 16h30 et nous sommes tous là à nous relaxer tranquillement au soleil. Ca ressemble vraiment à un dimanche après-midi !


Dimanche après-midi
Ca sent le dimanche après-midi...

 
Soirée mouton au coin du feu. Au fil de la conversation, on en arrive à parler politique : il supporte mal que les gens critiquent l'Afrique du Sud alors qu'ils ne la connaissent pas. Mais il conclut en disant que les 3 règles du tourisme sont :
     "Never talk about sex,
      Never talk about drugs,
      Never talk about politics"...
Alors on reprend la conversation sur les pays avoisinants et les animaux.


Lundi 9 août

Deux chacals curieux sont passés pendant la nuit à côté de la tente de Claire et Isa. Sans s'éterniser... Tout comme nous dans ce coin qui ne vaut pas les bivouacs précédents ! Et puis on a assez vu de désert comme ça.

Etape à UIS où on fait le plein d'essence, d'Amarula (l'alcool national, très proche du Bailey's) et visité le magasin de souvenirs. Plein de types proposent des minéraux dans des barquettes en carton : la région deviendrait-elle plus touristique ?

On s'arrête pour aller voir la "White Lady", jolie peinture rupestre qui nous demande une heure de marche aller (et une retour, of course !), avant de poursuivre notre route vers le nord. Ca devient plus habité ! Des monticules à la "Monument Valley" (eh oui, encore une fois !) et surtout plus d'arbres et...des êtres humains !!! Ca ressemble enfin à l'Afrique.

Après un lunch en plein lit de rivière, au milieu des crottes d'éléphants et des mouches, nous arrivons au camping, qui fait très "brousse", avec ses douches et WC installés autour d'un arbre, avec de petites palissades. Très rustique ! D'ailleurs, ça ne marche que lorsque la pompe à eau fonctionne. Ce qui n'est pas le cas lorsque j'arrive pour prendre ma douche ! Tant pis, je serai propre demain. Et puis il est temps de repartir pour voir les gravures rupestres.


GirafesEléphant
Les girafes, c'est le pied !Euh... un oryx ?
Bah...euh...un gros oryx ?

Une bonne heure de balade parmi les rochers rouges nous permet de découvrir des gravures, beaucoup de gravures, des tonnes de gravures, tellement de gravures qu'on marche dessus !

L'apéro comprend ce soir Amarula, bretzels (merci Béa !) et viande séchée (miam !). Ce qui laisse beaucoup moins d'appétit pour la suite (euh...tant mieux pour ceux qui, comme moi, n'aiment pas trop le ragoût au mouton et la polenta...), mais quand même un peu pour l'ananas du dessert !

Sommaire ] [ Page précédente ] [ Page suivante ]